posté le 21-03-2012 à 11:48:24

Bonjour à tous !

ha c'est chouette nous sommes enfin au printemps il fait beau bon même si il fait pas vraiment chaud le soleil et la aujourd'hui un autre ancien métier celui la était reserver au filles je vous le laisse de découvrir il vous rappellera peut être un conte un certaine jeune fille qui à dormie longtemps je vous laisse le chercher je vous souhaite à tous une bonne journée et à très bientôt gros bisous à tous. 

LA FILEUSE

 

 

  La fileuse était vêtue d’un large tablier, car des poussières tombaient de la filasse. Elle engageait le pied de sa quenouille dans sa ceinture, une ganse épinglée à la bavette ou au corsage en fixait la hampe qui était presque verticale (inclinée légèrement en avant et à gauche).

 

De la main gauche elle tirait de sa quenouille de fines mèches qui allongeaient le fil fixé au fuseau. Le fil engagé dans la gorge hélicoïdale de la tille (pointe du fuseau) s’appuyait sur le pouce droit; l’index droit imprimait au fuseau un mouvement tournant qui enroulait le fil. La main droite se rapprochait de la quenouille (flexion du bras).
    La main gauche tirait alors une nouvelle pincée de filasse le bras droit s’étendait, et le mouvement se répétait ainsi environ deux fois par minute. Une fileuse produisait quelque cinquante mètres de fil à l’heure.

    Vers le 13ème siècle vint d'orient, avec les croisades, l'invention du rouet qui mécanisait la rotation du fuseau et qui fut appliquée aussi bien à  la filature de la laine qu'à  celle du chanvre ou du lin. Les écheveaux de fil étaient ensuite formés à  l'aide d'une sorte de moulinet à  4 bras que l'on appelait "traouail"  au Pays de Retz photo ci-dessous

 

Avant la guerre 1914-1918 la culture du lin était encore importante dans notre région. Il était semé de début novembre à fin février, et sa fleur bleu pastel ornait nos champs en mai-juin.

En juin-juillet on procédait à l’arrachage, et avec quelques brins on le liait en bottes maintenues debout pour le séchage.


Une fois bien sec, on l’égrenait à la groge: peigne aux grandes dents de fer




  verticales. On y frappait les têtes de la plante pour en séparer les graines.
   Ensuite on procédait au rouissage: les tiges rassemblées en bottes étaient mises à tremper dans un ruisseau ou un trou d’eau (trou à lin) pendant une quinzaine de jours afin d’en faire pourrir l’écorce; puis on le séchait et on l’engrangeait.


L’hiver on séparait l’écorce des fibres en brisant les tiges dans les mâchoires d’une braille (ou broie).  

Les fibres étaient alors mises à bouillir avec des cendres de bois, rincées, séchées et groupées en écheveaux.


Venait le temps du cardage: on isolait la filasse qui était mise en quenouilles pour faire du bon fil. Le déchet, l’étoupe, était mélangé à de vieilles laines et à de la charpie: on en faisait un tissu appelé droguet.

Le carde

Le peigne à lin

Le rouet

 

Quelque outil aussi utiliser

 


 


Commentaires

 

1. 472481  le 21-03-2012 à 10:57:28

Bonjour Holly,
je connaissais mais celà ma fait plaisir de le relire.
Chez moi pas de douceur et vent pas chaud.
Je te souhaite un agréable mercredi
gros bisous affectueux Nanou
hebergeur d'image

2. nathalie21  le 21-03-2012 à 19:20:20  (site)

Kikou Holly!!!!!
Sa ma fais bien rire ton com de se matin, a propos de ta fille ki c'était barbouiller avec ton maquillages lol c'est sure ke sur le coup on a pas envie de rire lol mais aprés on peut pas s'en empêcher lol
je ne connaissais pas se métier d'autrefois,merci de nous faire découvire ses anciens métiers.....
Bonne soirée,douce nuit & belle journée de Jeudi!!!!!Pleins de bibis doux....Nath & bisounours

 
 
 
posté le 19-03-2012 à 12:15:55

bonjour !

 

Bonjour à tous !

j'ai passer un bon week-end certe assez nouvementer car ma p'tite flo a fait sa representation de théatre et c'était super bien il y avait pas mal de monde et elle a pas trop eu le trac ouf !

je vous souhaite à tous de passer un bon lundi je vous embrasse tous et vous dit à très bientôt. 

je continue mes articles sur mes vieux métier en voici donc un autre

 

LE SABOTIER

 

Selon la légende, le premier sabotier aurait été saint René. Cet évêque d’Angers se serait retiré dans la solitude de Sorrente en Italie, vers l’an 440, pour façonner des sabots.
Au XVIIIe siècle, comme les charbonniers, les sabotiers vivaient en forêt et formaient un corps du compagnonnage.


Au XIXème siècle, lorsque l’usage du sabot se généralisa, chaque village eu besoin de son propre sabotier et celui-ci s’installa alors dans le village. Un ouvrier consommait alors cinq à six paires de sabots par an et l’ouvrage ne manquait pas. 

Dans notre village nous en avons eu plusieurs jusqu’en 1950. Le travail était fait entièrement à la main.
Pour faire des sabots le pin devait être coupé à la lune nouvelle pour être plus léger et résistant à l’usure. Le sabotier abattait et débitait lui-même son bois. Il s’agissait souvent du bouleau, parfois de l’aulne, du hêtre ou de l’acacia. Le sabot de "luxe" se fabriquait dans le noyer. Bien entendu, le chêne et le frêne étaient proscrits, car beaucoup trop pesants.
Les personnes qui voulaient des sabots prenaient les mesures du pied avec "la brotte", ce morceau de bois servait à déterminer la pointure.
Le bois trempait dans l’eau deux à trois jours avant d’être travaillé. Ceci permettait de l’attendrir pour pouvoir le façonner plus facilement.

Le morceau de bois était dégrossi à l’aide d’une hache.
Pour faire le talon le sabotier sciait puis entaillait le bois à l’aide de l’asseau ou herminette.
Ensuite il perçait des trous à l’intérieur à l’aide de vrilles. Le cuiller à sabot servait ensuite à faire rejoindre les trous.
Le paroir servait à faire la finition
Le sabot connaîtra une période faste jusqu’à la Grande Guerre. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, le déclin commence à s’amorcer. En 1950, la généralisation de l’usage du tracteur pour lequel les bottes sont plus pratiques que les sabots, donnera le coup de grâce aux sabotiers.

 

 


Commentaires

 

1. nathalie21  le 20-03-2012 à 12:55:27  (site)

Kikou Holly!!!!!!
Bien kontente ke le théatre c'est bien passer.....Nous voila au printemps ke sa fais du bien de le retrouver lol on va pouvoir planter,jardiner,enfin de koi s'occuper.....Belle aprés-midi ma douce amie....Bibi doux....Nath & bisounours

 
 
 
posté le 16-03-2012 à 11:15:48

quelle beau résultat !

Bonjour à tous !

il fait encore bien chaud aujourd'hui mais il parait que pour ce week-end ca va changer pfff enfin on vera.

"ma flo va jouer sa pièce de théatre se week-end le trac va pas tarder a monter".

Mais pour l'instant on profite bien du soleil et je suis très contente de moi car au début de l'hiver j'avait planter des bulbes de crocus,tulipe, et des primeveres et bien regarder le résultat j'ai quelques fleur en photos

2 tulipes

 

1 primévere

 

mes crocus regarder il y a un intrus

 

de plus près (pas térrible)

 

c'est Monsieur bourbon qui se plait dans mon crocus

je suis contente que mes fleurs sorte car mormalement quand le plante quelque choses et bien il sort rien serait-il un début de main verte hum j'en doute un coup de change oui.

et en ce vendredi je vais vous faire découvrir le métier de

Chiffonnier ou estrassaire

"Estrasso', en provençal, veut dire loque ou vieux linge.

L'estrassaire est tout simplement le chiffonnier.

Ce gagne-petit pracourait inlassablement les rues des villes et villages avec dans sa hotte une multitude de chiffons et autre rebus a vendre ou à récupérer.

 

Outre les chiffons, il récupérait également les peaux de lièvres qui, une fois revendues, servaient à la confections de colles et de chapeaux de feutre.


Ou encore :

Tous les quinze jours, une petite voiture tirée par un âne gris, sillonnait les rues des villages.

Le conducteur soufflait,de place en place,dans un cornet puis criait à tue-tête : "Les dames d'en haut,descendez vite car je ne monte pas!" c'était le récupérateur de chiffons, de bouteilles et de ferraille. Quelques porte s'ouvraient et des ménagères les bras chargés de sacs de vieux chiffons et de nippes ou d'une caisse pleine de ferrailles ou de verre attendaient sa venue près de leur demeure.

 

 

Ce dernier les accueillait avec humour, son "peson" à la main pour estimer le poids de la pacotille. Il la payait de quelque pièces de monnaie.

 

Je vous souhaite à tous de passer un agréable week-end je vous embrasse tous et à très bientôt

 


Commentaires

 

1. anaflore  le 16-03-2012 à 10:17:49  (site)

et bien partout le printemps sur les blogs et chez moi déjà paques ...bon wk

2. nathalie21  le 19-03-2012 à 09:34:25  (site)

Kikou ma douce Holly!!!!!
Wahouuuu trop belles ses fleurs,hé ben pour une ki n'a pas la main verte la c'est réussie BRAVO!!!!!!!!!!!
Aujourd'hui Lundi le temps n'est pas terrible enfin pas le choix lol
Alors komment c'était la piéce de théâtre de Flo? Le théme c'était koi?
Je veut tout savoir dans les moindre détail lol
Belle journée & surtout tendre semaine ma douce amie.....
Bibi doux...Nath & bisounours

 
 
 
posté le 15-03-2012 à 11:32:10

il fait beau !


Bonjour à tous !

houai c'est super il fait vraiment super beau et chaud même bon le matin nous avons du brouillard mais il disparait des que le soleil pointe le bout de sont nez ha j'adore avoir un temps comme cela.

aujourd'hui un autre vieux métier qui a vraiment disparue celui la

je vous souhaite à tous de passer une agréable journée je vous embrasse tous et à très bientôt gros bisous à tous. 

 

L’allumeur de réverbères :

C'est une profession lointaine, celle des allumeurs de réverbères. Cette profession consistait à allumer les réverbères d’un quartier à la tombée de la nuit, et de les éteindre au petit matin.

 Ce travail simple a inspiré à l’époque beaucoup d’auteurs, comme Antoine de Saint Exupéry, et beaucoup de professeurs de mathématiques pour illustrer les probabilités : probabilité que le réverbère s’allume du premier coup et qu’il reste allumé par exemple.

Cette profession a connu beaucoup d’essor lors du dix-neuvième siècle où les villes attiraient de plus en plus de monde (exode rural) d’où la nécessité d’avoir un éclairage public. Durant cette période, les allumeurs furent largement embauchés par les mairies ; leur travail étant indispensable, ils se croyaient donc à l’abri de tout licenciement : « Des réverbères, il y en aurait toujours besoin ! ». A l’époque, les lampadaires fonctionnaient au pétrole ou au gaz.

Mais à l’aube du vingtième siècle, un inventeur américain (Thomas Edison) mit au point une ampoule électrique, présentée à l’exposition universelle de 1889 à Paris ; Edison, sans le savoir, avait déclenché la mort programmée de la belle profession d’allumeur de réverbères. Nos pauvres employés municipaux virent leurs antiques réverbères remplacés tour à tour par de modernes lampadaires.

 Le problème pour eux n’était pas la nostalgie du vieux réverbère en bronze, mais c’était que les lampadaires flambant neufs s’allumaient tous en même temps grâce à un unique interrupteur pour tout un quartier.

Ils avaient trois choix : s’adapter, lutter ou être au chômage, mais en raison de leurs faibles pouvoirs, lutter en détruisant toutes les ampoules électriques était une hypothèse à écarter, et en outres, le chômage n’était pas très lucratif. Ils durent admettre que leur époque était révolue, et donc s’adapter : il fallait bien des employés pour les installer ces nouveaux lampadaires, et puis il fallait changer les ampoules et entretenir les armoires électriques.

La plupart restèrent employés municipaux mais la profession en temps que telle était désormais morte.

La nostalgie de cette époque persista dans leur mémoire, la poésie de leur métier resta dans la littérature et le coté mathématique de la chose se retrouva dans les manuels scolaires.

 


Commentaires

 

1. nathalie21  le 15-03-2012 à 12:53:57  (site)

Kikou ma douce Holly!!!!!
K'elle temps magnifikes sa fait du bien mais sa ne va pas durer malheureusement.....
Je ne connaissais pas ce métier,j'en apprend tout les jours lol
Belle aprés-midi remplie de soleil....
Bibi doux...Nath & bisounours
Hebergeur d'image

2. lafianceedusoleil  le 15-03-2012 à 21:01:32  (site)

Bonsoir ma belle Holly,
ton article est très intéressant, merci ma jolie.
Oui, il a fait chaud aujourd'hui. C'est le monde à l'envers.
je te souhaite une bonne fin de semaine.
Bisou

hebergeur d'image

3. 472481  le 16-03-2012 à 09:15:41

Bonjour Holly,
c'est billet très intéressant que tu nous a fait, on en apprend tous les jours.
Je te souhaite une agréable journée toujours avec un beau soleil.
Gros bisous ensoleillé.
Nanou
hebergeur d'image

 
 
 
posté le 14-03-2012 à 09:17:03

bonjour !

Bonjour à tous !

Ha que c'est agréable d'avoir beau temps et qu'il fassent chaud et les arbres commence a fleurie les fleurs commence aussi a sortir ha ca sent bon le printemps qui mine de rien arrivent a grand pas chouette !

je vous souhaite à tous une bonne journée gros bisous à tous

je continue ma serie de vieux métier en voici un autre

 

Le rétameur :

Les rétameurs faisaient du porte à porte pour collecter les cuillères, fourchette,louchez, casseroles et tous autre objets de ferblanterie pour leur rendre l'éclat qui leur manquait après maintes et maintes utilisations.

 

Ils allumaient leur brasero à l'abris d'une grande tôle et activaient le brasier avec un soufflet de cuir.

Ils faisaient fondre de l'étain dans un grand chaudron en fonte Ils nettoyaient les objets à rénover dans divers bains, certainement dégraissants ou acidulés, puis les frottaient énergiquement à l'aide de fines brosses ou bien de chiffons.

 Ensuite, ils plongeaient à l'aide d'une longue pince, les ustensiles dans le bain en fusion, ne les laissant qu'un très court instant s'enrober d'une couche brillant d'étain.

Un coup de peau de chamois, puis ensuite bien talqués, un frottage énergique et les couverts finissaient de briller et pouvaient être rendus à leurs propriétaires moyennant une rétribution somme toute assez modique.

 


Commentaires

 

1. nathalie21  le 14-03-2012 à 13:10:31  (site)

Kikou ma douce Holly!!!!
Ha je ne connaissais pas cette ancien métier,c'est bien de nous le faire découvrire.....
Moi ossi j'ai mie mon linges a sécher dehors,c'est vraiment trés agréable ses temps la.....
Belle aprés-midi oprés de tes filles..... Bibi doux....Nath & bisounours
smiley_id117190

2. wolfe  le 14-03-2012 à 17:58:12  (site)

Bonsoir!
Oui j'ai moins mal au dos!
Il a fait très beau ça soulage aussi!
Bisosu

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Hebergeur d'image
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article