posté le 16-10-2012 à 11:45:26

"Les ondines"

bonjour à tous !

aujourd'hui je vous propose encore une legende bien jolie je souhaite à tous de passer une agréable journée je vous embrasse tous et à très bientôt bisous à tous. 

 

 

 

 

 

Les ondines, dont le nom dérive du mot « onde », sont des génies des eaux dans la mythologie germanique (où elles sont également désignées sous le terme de « nixe ») ou alsacienne.

Les ondins (au masculin), qui sont plutôt très rares, sont comme leurs compagnes et sœurs : des génies aquatiques. On utilise aussi ce mot, surtout au pluriel, pour désigner les créatures qui sont représentées avec un torse humain et une queue de poisson, comme les sirènes et les tritons ; c’est pourquoi les personnes d’origine anglophone disent merfolk.

Ondine était une nymphe ou une naïade. À l’inverse des sirènes, les nymphes ne fréquentent pas la mer, mais les eaux courantes, rivières, fontaines, et n’ont pas de queue de poisson. Durant l’été, elles aiment se tenir assises sur la margelle des fontaines, et peigner leurs longs cheveux avec des peignes d’or ou d’ivoire. Elles aiment également se baigner dans les cascades, les étangs, et les rivières, à la faveur des jours radieux d’été. On dit que celles qui ont les cheveux couleur d’or possèdent de grands trésors qu’elles gardent dans leurs beaux palais immergés.

On attribue l’alimentation en eau des fontaines aux larmes des ondines, et celle-ci se tarit dès qu’une fée se sent offensée. Ainsi, il est de coutume de laisser diverses offrandes auprès des fontaines, tels que guirlandes de fleurs, épingles ou tessons de bouteilles, qui sont pour les fées des eaux, de véritables trésors scintillants et miroitants dans l’eau.


Ondine est l’héroïne d’une légende alsacienne. À sa naissance toutes les fées du voisinage sont réunies autour de son berceau et lui offrent des qualités nombreuses. La fée qui est sa marraine lui offre notamment une constance exceptionnelle. Un jour, elle est enlevée par un jeune seigneur qui réussit à se faire aimer d’elle au point qu’elle refuse de le quitter pour aller voir sa mère malade. Pour punition, sa marraine la condamne à toujours aimer le seigneur quoi qu'il fasse. Celui-ci, fatigué d’elle, fait semblant de la croire infidèle. Il dit qu’il ne la croira que si elle va remplir un vase énorme à la source du Niddeck. Après trois jours de marche en portant ce poids énorme, Ondine, épuisée, tombe dans l’eau en remplissant son vase. La fée, sa marraine, arrive à son secours et pour lui éviter de continuer à souffrir à cause du châtelain, la transforme en nymphe protectrice des eaux du Niddeck. Depuis, les jours d’orage, on la voit apparaître dans les vapeurs des eaux de la cascade.

Une autre version de la légende raconte qu’elle est une nymphe et qu’elle tombe amoureuse d’un beau chevalier. Elle est autorisée à vivre avec lui, mais s’il lui est infidèle, elle lui ôte la possibilité de respirer de manière autonome. Lorsqu’il s’endort, il meurt, et c’est ce qui arrive.

Ainsi, le nom d’Ondine est à l’origine du « syndrome d’Ondine », un terme désignant un syndrome respiratoire.

 


Commentaires

 

1. la petite fee de coeur ... tendresse  le 16-10-2012 à 09:55:28  (site)

hello missize holli tu viens de m apprendre ce mot ke connaissais mais autrement donk grand merci et ke tes journees a venirs te soit bonne gros bisouxxx du coeur d une amie blogeuze merci et bon appetit

2. 472481  le 16-10-2012 à 10:26:03

Bonjour Holly,

c'est une bien jolie légendes j'aime ce mot les "ONDINES"
Je te souhaite un agréable mardi
Gros bisous affectueux Nanou

Upload images

3. formation géobiologie  le 07-03-2014 à 18:16:04  (site)

La légende est parfois juste un autre aspect de la réalité...

j'ai beaucoup vos images d'illustrations.

Jean-Pierre

 
 
 
posté le 15-10-2012 à 12:19:01

"tête de linotte"

 

 Bonjour à tous !

j'ai passer un agréable week-end même si c'était sous la pluie.

je n'est toujours pas trop d'inspirations donc je vous ai trouver un autre jolie conte qui lui fini bien je vous souhaite à tous une bonne journée je vous embrasse tous et à très bientôt gros bisous a vous tous.

la fée linotte  

 C’était il y a bien longtemps, mais peut-être hier.
C’était bien loin d’ici, mais peut-être tout près de toi.

A l’orée d’une belle forêt se dressait un majestueux château. Ses tours s’élançaient par-dessus les champs qui coloriaient la campagne. Les hommes, les fées, les animaux vivaient en harmonie dans ce pays, royaume de la Fée du Matin, connue pour sa bonté et sa sagesse lumineuses.

Sa petite fille Linotte, très étourdie, oubliait, perdait, jusqu'à ses paroles ou ses idées. Aussi, sa maman l’avait-elle nommée fée des écureuils, qui égarent leurs réserves de noisettes. La magie, et même les sorties étaient interdites à Linotte, qui vivait dans les nuages.

Un beau jour de mai, la Fée du Matin décide, pour ses sept ans, d’offrir à la petite fée une promenade pour rendre visite aux écureuils ses amis.

Heureuse, Linotte sort le balai offert par sa marraine, la Fée de la Lumière. Par la fenêtre de sa chambre, dans la tour de l’Est, elle sent les parfums de la nature qui l’appellent : la lavande, l’herbe sèche de l’été.

Bientôt envolée, elle voit les couleurs en bas dessiner la palette d’un peintre. Les deux fées se dirigent vers une clairière tapissée d’un joli parterre de fleurs bleues pour s'y poser. Autour des myosotis, volette un joli papillon qui fascine Linotte.C'est la Fée des Papillons, qui l’entraîne de jonquille en violettes; les deux amies s’éloignent peu à peu de la clairière où se tient la Fée du Matin.

Le soleil baisse sur l’horizon, les ombres du soir grandissent. Sans que les espiègles le remarquent, il fait bientôt sombre. La fée des papillons, habituée au soleil, s’inquiète.

Courageusement, Linotte guide son amie à la recherche d'un sentier. Des hérissons écrasent les feuilles, des pigeons bousculent les branches dans un vacarme inquiétant. Au pied d’un arbre, un petit écureuil est perdu.

"Ne pleure pas, je suis ta Fée, et je vais prendre soin de toi." Malgré sa peur, Linotte veut secourir son protégé qui se rassure à ces mots.

Soudain, une voix grave surprend la petite équipe qui se terre. Un géant barbu surgit, accompagné d'une petite fille qui sautille.

"Oh, Oh! C’est bon de rentrer à la maison ! Mais que vois-je ici ? Qu’elle est cette drôle de troupe ?"
"S’il vous plaît, monsieur l’Ogre, commence Linotte, ne nous mangez pas !"
"Je pense plutôt à manger une bonne potée à la chaumière, nigauds! Mais que fabriquez-vous ici ?"

Rassurée par la petite fille venue accueillir son papa bûcheron, Linotte raconte son après-midi, les jeux, et comment elle a perdu son chemin.

"Vous me raconterez tout devant un bon pot-au-feu! La chaumière est devant nous."

Les petites et l’écureuil ne se font pas prier et gagnent l’intérieur de la maisonnette. La maîtresse de maison a déjà servi le dîner pour leurs deux petites filles qui font connaissance avec les invités-surprise.

"Ne t’inquiète pas, Linotte, ta maman sera prévenue de ta présence."

Linotte est rassurée ; son ami écureuil se régale d’un festin de noisettes!

Nos petits amis s’endorment bientôt et rêvent de fleurs, de château, et de noisettes.

Bientôt, le soleil illumine une nouvelle journée, et de fins rayons dansent dans la chaumière. Après quelques tartines, il est temps de se séparer. Linotte a l’impression qu’elle a toujours connu cette famille qui l’a accueillie.

Arrivés à la clairière, nos trois amis se quittent à leur tour : l’une retrouve ses papillons, l’autre sa famille d’écureuils, et Linotte le chemin du château, qu’elle atteint sans se tromper.

Linotte explique ses aventures à la Fée du Matin sans chercher d'excuses comme autrefois mais se soucie plutôt de remercier la famille de la forêt. Et puis, elle doit prendre des nouvelles de la Fée des papillons, et aussi du petit écureuil. Elle doit s'occuper de beaucoup de choses et de beaucoup de gens, dit-elle à sa maman !

C’est étonnant, la Fée du Matin ne semble pas fâchée. C’est curieux, elle a le même sourire que la femme du bûcheron.

"Ma chère Linotte, je suis fière de toi : hier, tu as su guider ta camarade dans la forêt obscure, et protégé un écureuil comme tu le devais. Ton courage et ta bonté pour ces deux êtres t'ont permis d'oublier ta propre tristesse. Sache que c’est ta marraine, la Fée de la Lumière qui t’a recueillie hier. Le réconfort que tu as apporté à tes amis a attiré dans ton coeur ses rayons, qui t'ont guidée."

La petite fée a ainsi appris d’elle-même que le courage de son coeur pouvait venir à bout de son étourderie.

Aujourd'hui, Linotte n’oublie plus jamais rien et les jeunes fées aiment prendre conseil auprès d'elle.

Si tu rencontres un jour une petite « tête de linotte », peut-être est-ce une fée en devenir!


 


Commentaires

 

1. 472481  le 15-10-2012 à 10:28:22  (site)

Bonjour Holly,

je reviendrais pour lire fée linotte, il faut que je me prépare pour le kiné.
Passe un agréable début de semaine.
Gros bisous douceur Nanou
Hebergeur d'image

2. la petite fee de coeur... tendresse  le 17-10-2012 à 08:19:44

coucou miss holly je viens de revenir en arriere sur tes billets avec ma fille anael ki a 10 ans et j avou ke ton billet etais vraiment sublim merci a toi ma belle
j oze te souhaiter une bien jolie journee malgres la grizaille bisouxxx de nous deux merci

3. la petite fee de coeur... tendresse  le 18-10-2012 à 10:55:03  (site)

arf j ai du mal ma poulette avec ton curseur rire mais j y suis bien arrivé quand meme ki est la plus forte j avou c est moi riree tres belle fin de semaine ma miss holly en esperant que tout ail au mieu chez toi ma belle gros bisouxxx de moi ma belle merci

 
 
 
posté le 12-10-2012 à 12:11:29

histoire de hibou.

Bonjour à tous !

je suis ravie de voir que mon conte vous ai plus d'ailleur je vous en ai trouver un autre j'espere qu'il vous plaira aussi

aujourd'hui la pluie c'est arrêter car hier nous avons était bien servie avec.

je vous souhaite à tous de passer une bonne journée et un agréable week-end je vous dit donc tous à lundi gros bisous à tous. 

 

Il était une fois, un hibou. Comme chacun sait, ou ne le sait pas, le hibou est un grand timide. Il croit qu'il est laid - si laid que personne ne peut le regarder s’il lui arrive de croiser quelqu’un. Si laid, qu'il cause des accidents de la route. Si laid, que les bébés se mettent à hurler s'ils aperçoivent son visage. Pour toutes ces raisons, le hibou ne sort jamais pendant le jour. Il attend la nuit noire, lorsque personne ne peut le voir.

Un soir, alors qu’il est dehors, le hibou rencontre une jeune fille. Ils se mettent à parler et elle l'invite dans sa maison. Il accepte et les voilà assis sous le porche pendant plusieurs heures à discuter. Le hibou dès le premier instant tombe amoureux de la fille et, ce qui tombe bien, elle aussi. Elle l'invite à revenir la nuit suivante et il revient. Ils s’asseyent sous le porche et parlent pendant des heures, presque jusqu'à l'aube. Par moment, ils se tiennent même la main. Nuit après nuit, le hibou revient rendre visite à sa belle et nuit après nuit il s’en va avant l'aube, si bien que la jeune femme ne peut vraiment pas savoir à quoi il ressemble.

La jeune femme a des amis qui ont entendu parler de ce prétendant de la nuit et veulent savoir à quoi il ressemble car ils aiment beaucoup leur amie et sont heureux qu'elle ait enfin rencontré quelqu'un dont elle est tombée amoureuse.
- Pourquoi le Hibou ne te rend-t-il jamais visite pendant le jour, lui demandent-ils ?
- Parce qu’il travaille, répond la fille et lorsqu’il rentre chez lui, il doit faire son ménage, préparer son dîner et il ne peut venir qu’à la nuit tombée.
- Nous voulons le rencontrer, ont dit ses amis. 
- Bien sûr, il ne travaille pas le dimanche. Pourquoi n’organisez-vous pas une grande fête en son honneur ? Vous pourriez ainsi tous le rencontrer. 

La jeune fille est certaine que c’est la meilleure des idées et lorsque son amoureux vient le soir, elle l’invite pour le dimanche suivant. Une fête sera donnée en son honneur par ses amis. Le Hibou est pourtant vraiment très timide mais il accepte. Vous savez que quand on aime, on est capable de vaincre toutes ses peurs.

Le jours passent. Le dimanche arrive. Le hibou est très nerveux. Il demande à son cousin le coq de l’accompagner car plus le temps passe, plus il a peur.

En chemin, le hibou commence à regarder le coq et à se comparer à lui.


Le coq est grand et bien habillé » pense-t-il en regardant le cheveux roux du coq, ses vêtements colorés et ses bottines jaunes. A côté de lui, je suis morne et terne, se dit-il encore en regardant ses vêtements bruns et en plus de tout, je suis laid. Plus ils se rapprochent de la maison, plus il a peur.

Mon cousin le coq, dit soudain le Hibou, j'ai oublié quelque chose chez moi. Entrez donc sans moi et vous direz que j'ai dû rentrer à la maison mais que je serai de retour d’ici un moment. Le coq entre et fait le message du hibou.

Un peu plus tard, dès qu’il fait très sombre, le hibou arrive à la fête. Il craint un peu que la fille et sa famille ne soient fâchés de son retard mais il se fait violence et avance d’un pas.

Le coq qui l’attend sous le porche, le voit et semble tout à fait effrayé.

- Hibou, demanda-t-il qu'est ce  donc cela sur votre tête ?
- C'est un chapeau, répond le hibou. Beaucoup de gens portent des chapeaux.
- C’est vrai, dit le coq, mais ils les portent sur la tête, et pas comme vous, tout autour de la tête.
- Je me suis blessé aux yeux, dit le hibou, Ils ne supportent pas la lumière. Mon chapeau les protège.
- Oui , réplique le coq et il protège aussi le reste de votre tête.
- Ne vous moquez pas de mon chapeau mais dites-moi plutôt ce qu’on a dit de mon retard. Sont-ils en colère ? 
- Ils le seront bien plus si vous n’entrez pas, dit le coq.
- J'entre, j'entre, dit le hibou, mais promettez-moi d’abord une chose.
- Quoi donc ?
- Je dois être de retour à la maison avant le lever du soleil. Essayer donc de me prévenir à temps, plutôt que de chanter au lever du soleil, comme vous faites d'habitude ?
Il ne faut surtout pas que la jeune femme voit son visage à la lumière du jour.
- Bien sûr, hibou, bien sûr dit le coq et il le fait entrer à l’intérieur.

A cet instant précis, la fête bat son plein. Les batteurs jouent et les chanteurs chantent et leur musique donne quelque chose dans le genre de « Dong-aada-dong-aada-dong-aada-dong, Dong-aada-dong-aada-aaii-ee-oooo! Dong-aada-dong-aada-dong-aada-dong, Dong-aada-dong-aada-aaii-ee-oooo! » « 

C’est justement la chanson préférée du hibou et quand il l'entend, il veut danser. Il va près de sa jeune amie, lui fait des excuses pour son retard et ils partent sur la piste de danse. Vous savez que le hibou est timide mais ce que vous en savez pas c’est qu’il est un excellent danseur. Plus il danse, moins il sait où il est et moins il sait où il est et plus il danse. « Dong-aada- dong-aada-dong-aada-dong, Dong-aada-dong-aada-dong-aaii-ee-ooo! Dong-aada-dong-aada-dong-aada-dong. Dong-aada-dong-aada-aaii-eee-oooo! » ça dure ainsi toute la nuit.

Le hibou s’amuse tellement qu'il oublie le temps et soudain, il entend son cousin le coq, qui complètement ivre, chante. Il a manqué l'aube et la lumière du jour entre dans la pièce. Le hibou affolé cherche une fenêtre. Il est certain que la fille en voyant son visage, comprendra combien il est laid. Il vole en tous sens. Son chapeau tombe sur le sol. Il vole de plus en plus vite et découvre une fenêtre ouverte par laquelle il s’enfuit. La jeune fille hurle « Hibou! revient!" Elle se précipite par la porte mais en vain. « Hibou! revient!" Le hibou ne l'a pas entendue. 

La jeune fille rentre chez elle. Elle aide à tout remettre en ordre. Personne ne sait que penser du comportement étrange du hibou. Le soir, elle s’assied sous le porche et attend. Elle espère qu'il reviendra, mais il ne revient pas. Chaque soir, elle attend et chaque soir, elle espère. Elle repense sans cesse à cette soirée, combien tout a été si agréable. Elle repense au hibou qui danse si bien et comment il l’a regardée. Elle revoit son visage presque rond, ses grands yeux et son petit nez. Elle se dit qu’il a un visage fort, un visage attirant. Elle a aimé ses yeux tout de suite mais elle ne sait pas que le hibou se croit laid.

Elle l'attend des nuits, des jours, des semaines, des mois mais il ne revient pas. Pendant une année entière elle l'attend et puis un jour, elle rencontre quelqu'un d'autre et l'épouse. Mais chaque matin, lorsque le chant du coq la réveille aux premiers rayons du soleil, elle ne peut s’empêcher de penser au Hibou et se demande encore aujourd’hui pourquoi il s’est enfuit en courant et où il est parti.

 


Commentaires

 

1. lafianceedusoleil  le 13-10-2012 à 06:42:55  (site)

bonjour ma petite Holly,
je vais revenir dans l'après-midi lire ton conte. j'avais beaucoup aimé le précédent.
Je pars dans une heure chez la coiffeuse, auparavant faut que je passe à la salle de bains, donc je suis pressée.
Bon week-end avec ta petite famille.
Je t'embrasse

hebergeur d'image

2. 472481  le 13-10-2012 à 08:52:59  (site)

Bonjour Holly,

c'est de nouveau un bien jolie conte dommage qu'il ne se finisse pas bien pour le hibou qui se croit moche alors qu'il avait toutes ces chances ainsi vas la vie.
C'est avec un magnifique beau temps que je te souhaite un agréable wenk end avec ta famille.
Gros bisous affectueux Nanou

Upload images

3. lafianceedusoleil  le 15-10-2012 à 06:57:59  (site)

kikou ma douce Holly,
tu as vraiment bon goût pour choisir tes contes, merci ma douce Holly.
J'espère que tu as passé un chouette week-end en famille.
Le notre fut sympa.
Bonne semaine ma jolie.
Je t'embrasse très fort.
Cricri

smiley_id117191

 
 
 
posté le 09-10-2012 à 12:13:56

le cercle des fées

Bonjour à tous !

bon et ba il fait pas terrible encore aujourd'hui pfffff

et je manque un peu d'inspiration donc c'est pour cette raison que je vous ai trouver un conte et lègende qui parle du cercle des fée je vous laisse donc lire ce conte je vous souhaite à tous de passer une agréable journée vous embrasse tous et à très bientôt

 

 

Un jour, un garçon d'une douzaine d'années avait mené le troupeau de moutons de son père sur les pentes du Petit-Freni, non loin du village de Crymych. Quand il fut arrivé à la pâture, il y avait encore un peu de brouillard autour du sommet de la montagne, et le garçon essayait de voir d'où était venu ce brouillard. Les gens du pays disait en effet que, lorsque le brouillard venait du côté de Pembroke, il ferait beau, mais s'il venait de Cardigan, il ferait mauvais.


Comme il regardait autour de lui ce paysage tranquille et silencieux, la surprise le fit tout à coup sursauter : il apercevait en effet, sur les pentes du Grand-Freni, un groupe de gens qu'il croyait bien être des soldats, en train de s'affairer en cercle, comme pour un exercice. Mais le garçon commençait à connaître les habitudes des soldats, et il se dit lui-même qu'il était trop tôt dans la journée pour ceux-ci fussent déjà là. Laissant le troupeau pâturer tranquillement sous la garde des chiens, il marcha dans cette direction et, quand il fut plus près, il constata que ce n'étaient pas des soldats qu'il voyait ainsi, mais des gens appartenant au peuple féerique. Et ils étaient occupés à danser en rond, sans se soucier de ce qui se passait autour d'eux.


Le garçon avait entendu bien des fois les vieux du village parler des fés et, lui-même, il avait vu souvent les cercles qu'avaient laissées les "petites gens" sur l'herbe, le matin, après avoir dansé toute la nuit. Mais il n'en avait jamais encore rencontré. Sa première idée fut de retourner en hâte à la maison pour raconter à ses parents ce qu'il avait vu, mais il renonça à ce projet, se disant que les fées risquaient de ne plus être là lorsqu'il reviendrait.



Il se décida à approcher prudemment pour mieux les observer. De toute façon, il savait bien que les "petites gens" ne l'attaqueraient pas : tout ce qu'il craignait, c'est qu'elles disparaissent lorsqu'elles se seraient aperçues de la présence d'un être humain. Il s'avança donc le long des haies pour mieux se dissimuler et parvint ainsi sans encombre le plus près possible du cercle. Là, il se tint immobile et ouvrit les yeux tout grands pour ne rien perdre de la scène.

Il put ainsi constater que, parmi les "petites gens", il y avait un nombre égal d'hommes et de femmes, mais tous étaient extrêmement élégants et enjoués. Tous n'étaient pas en train de danser et quelques-uns se tenaient tranquillement à proximité immédiate du cercle, attendant d'entrer dans la ronde. Certaines femmes montaient de petits chevaux blancs fringants. Mais ils portaient tous de beaux vêtements de différentes couleurs, et c'est parce que certains d'entre eux avaient des habits rouges que le garçon avait pensé à des soldats.


Il était là, en pleine contemplation de ce spectacle inhabituel, quand les "petites gens" l'aperçurent. Au lieu de paraître hostiles ou de s'enfuir, elles lui firent signe d'entrer dans le cercle et de se joindre à leurs danses. Il n'hésita pas, mais, dès qu'il fut entré dans le cercle, il entendit la plus douce et la plus irrésistible musique qu'il connût. Immédiatement, sans comprendre ce qui se passait, il se retrouva au milieu d'une élégant demeure, aux murs recouverts de tapisseries de toutes couleurs. Des jeunes filles ravissantes l'accueillirent et le conduisirent dans une grande salle où des nourritures appétissantes étaient disposées sur une table. Elles l'invitèrent à manger, et le garçon, qui ne connaissait guère que les habituelles pommes de terre au lait de beurre qui constituaient le repas de la ferme, se régala avec des plats d'une exquise finesse, tous à base de poissons. Et on lui donna à boire le meilleur vin qui fût, dans des coupes d'or serties de pierres précieuses.


Le garçon se croyait au paradis. La musique et le vin l'engourdissaient, et la vue de ces jeunes filles empressées autour de lui le ravissait. L'une d'elles lui dit alors d'un ton aimable :
- Tu peux rester ici autant que tu veux. Tu te réjouiras avec nous jour et nuit et tu auras à manger et à boire autant que tu le désires. Mais il ya une chose que tu ne devras jamais faire : c'est de boire l'eau du puits qui se trouve au milieu du jardin, même si tu as très soif, car alors, tu ne pourrais plus demeurer ici.


Le garçon se hâta d'assurer qu'il prendrait grand soin à ne pas enfreindre cette interdiction. Et quand il fut bien rassasié, les jeunes filles l'emmenèrent danser. Il ne se sentait pas fatigué le moins du monde et se sentait capable de s'amuser ainsi durant sa vie entière. Jamais il n'avait été à une telle fête, jamais il n'avait éprouvé une telle joie, un tel bonheur de se trouver au milieu d'un luxe inconnu, avec des gens élégants et ditingués qui le traitaient ainsi avec douceur et courtoisie. Il lui arrivait de penser à la ferme, à son troupeau, à ses parents, mais il chassait vite ces images de son esprit pour mieux s'absorber dans la danse et la musique.

Un jour, cependant, comme il prenait l'air dans le jardin, au milieu des fleurs les plus belles et les plus parfumées, il s'approcha du puits et se pencha pour voir ce qu'il y avait à l'intérieur : il aperçut une multitude de poissons brillants qui frétillaient et qui renvoyaient vers lui la lumière du soleil. Alors, il ne put résister : il tendit son bras et sa main toucha la surface de l'eau.


Aussitôt, les poissons disparurent et un cri confus se répendit à travers le jardin et la demeure. La terre se mit à trembler brusquement et le garçon se retrouva au milieu de son troupeau, sur la pente du Petit-Freni. Il y avait toujours la brume au sommet de la montagne, mais le garçon eut beau chercher partout, il ne put découvrir aucune trace du cercle, aucune trace du puits ni de la demeure des fées. Il était seul sur la montagne, et ses moutons paissaient paisiblement comme si rien ne s'était passé.

 


Commentaires

 

1. 472481  le 09-10-2012 à 10:54:28  (site)

Bonjour Holly,

avec ce temps gris et triste l'inspiration n'est pas facile.
Mais tu nous a tout de même trouver un bien jolie conte.
J'espère que toi et ta p'tite famille allais bien.
Je te souhaite un agréable mardi.
Gros bisous affectueux Nanou
Upload images

2. lafianceedusoleil  le 10-10-2012 à 11:18:47  (site)

bonjour ma petite Holly,
je viens de lire ton conte ma petite Holly, il est tout simplement magique et féérique.
Le petit garçon a succombé à la tentation, mais cette aventure lui restera gravée comme s'il avait vu le paradis.
Merci ma petite Holly.
Pluie ici, pour ne pas changer.
Bonne journée avec tes filles.
Je t'embrasse

 
 
 
posté le 04-10-2012 à 13:44:57

un peu marre !

Bonjour à tous !

je n'est qu'un mot a dire j'en ai marre voir même ras le bol sa pese même un peu sur le moral je veux parler bien sur de mon manque de travail.

j'envoye toujours des CV au commune du coin et la j'ai fait des recherches sur le net j'ai était voir les annonces que les boites d'interime met sur leur site mais rien qui me correspond.

je suis donc aller voir sur le site de pôle emploi j'ai mis le code rome qui correspond au metier que je veux faire va plus vite quand on fait comme cela ça permet de faire pas mal de trie

et la vue une annonce qui me correspond tout a fait j'ai donc envoyer CV + lettre de motivation

et la et bien j'attend la reponce je n'ose y croire d'avoir une reponse favorable car j'ai tellement reçu de reponce négatif pas plus tard que ce matin d'ailleur.

j'ai donc pas vraiment le moral même si je garde si on peut dire encore un peu espoir

voilà mon billet n'est pas vraiment très gaie je vous souhaite à tous de passer une agréable journée et vous embrasse tous et je vous tient au courant au j'aurais une reponse même si c'est négatif gros bisous à tous.

 


Commentaires

 

1. lafianceedusoleil  le 04-10-2012 à 21:51:10  (site)

coucou ma petite Holly,
pour commencer j'aimerais te dire que tu es adorable. Ton commentaire m'a fait chaud au cœur.
Ma petite Holly, sois positive et garde le moral. J'espère que tu auras cet emploi, ai confiance Holly.
Quel travail recherches-tu ?
Ton CV et ta lettre de motivation sont-ils bien faits. C'est important ma petite Holly.
Bon courage ma jolie et reprends le dessus.
Douce nuit ma petite Holly et bon vendredi.
Je t'embrasse

smiley_id117191

2. lafianceedusoleil  le 05-10-2012 à 21:55:10  (site)

kikou ma petite Holly,
passe un bon week-end en famille.
Je t'embrasse

hebergeur d'image

3. lafianceedusoleil  le 08-10-2012 à 20:40:39  (site)

bonsoir ma petite Holly,
je souhaite que ton moral remonte ma jolie et que vous avez passé un bon week-end.
Aujourd'hui, il a plu toute la journée, peut-être chez toi aussi.
Bon courage ma petite Holly.
Bon début de semaine.
Je t'embrasse

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Hebergeur d'image
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article