posté le 26-03-2013 à 14:58:30

mes nouvelles !

Bonjour à tous !

je vient vous donner un peu de mes nouvelles tout va bien mon boulot aussi bon j'ai un petit souci avec une collège mais bon je vous en parlerai plus tard ho rien de grave rassurez vous mais elle commencer sérieusement a me gonfler avec ses remarques de gamine (niveau ps de maternelle) c'est pour dire mais bon avec les autres tout va bien je croit qu'elle doit avoir un sérieux problème mental enfin bon parlons plus de ça pour aujourd'hui je vous ai trouver un jolie conte j'espere qu'il vous plaira je vous souhaite donc à tous de passer une agréable journée je vous embrasse tous et vous dit à très bientôt bisous à tous. 

 

La veille de la Chandeleur 1794, en pleine Terreur révolutionnaire, lorsque Marie Ermel se rend à la fontaine de Bulat, dans les Côtes-d’Armor, dont la légende affirme qu’en ce jour elle révèle aux jeunes femmes le visage de leur futur époux, elle y recueille une révélation effrayante à ses yeux : la fée celtique lui donne à voir l’image d’un homme sexagénaire. Par quelle étrangeté la « prophétie » va-t-elle s’accomplir ?

On est au soir du 1er février 1794. Marie Ermel, fille du vieux marquis de Trévezel qui a dû, à cette époque où la Terreur bat son plein, échanger, pour plus de sécurité, son titre de noblesse contre le nom plus roturier de Marc Tréludon, habite avec son père le manoir presque en ruines de « La Haie » depuis la mise sous séquestre de leur hôtel familial à Paris.

Tout emmitouflée de châles et de fourrures, accompagnée de sa vieille bonne, Marianne, connue pour sa superstition et son entente avec le diable à dix lieues à la ronde, descend silencieusement le rude sentier aux cailloux pointus qui mène à Bulat. Bulat, la cité des Fontaines, fait d’un presbytère et de deux ou trois chaumières abrités par la haute flèche ajourée de sa merveilleuse église qui surgit par delà les dos blonds des collines. Elles vont, sous le beau clair de lune, à la recherche de quelque source au chant clair, limpide et fraîche. Et bientôt l’atmosphère, imprégnée d’une exquise odeur de mousse humide, indique la fontaine entourée d’une vénération immémoriale, encadrée d’un mur en pierres de taille, naïvement sculptées et dédiée à l’antique fée Mica.

Marie Ermel trempe son visage et ses mains dans l’onde unie, puis prononce lentement les paroles sacramentelles que lui a enseignées, moyennant une obole, la vieille prêtresse en haillons, aux traits ridés, aux lèvres marmottantes qui va de chaumière en chaumière, de château en château la veille de la Chandeleur, qui s’arrête sous les toits où dorment de jeunes femmes superstitieuses, où reposent des têtes folles de fillettes curieuses de connaître leur destin.

Dans le miroir de l’onde unie,
Fée Mica, montre-moi un instant
Celui qui sera mon amant !

Presque aussitôt, pour Marie Ermel, le charme opéra. Au milieu de l’eau, dans un brouillard subitement levé mais qui peu à peu s’éclaircissait, une forme se précisa, puis se fondit en une seule apparition. Et Mlle de Trévezel distingua une tête de vieillard aux cheveux grisonriants, aux joues brunies sous une belle barbe blanche qui lui souriait. L’idée que la Fée celtique lui destinait pour époux un sexagénaire, au moins, l’effraya tellement que revenue à « La Haie » elle n’en dormit pas de la nuit. Le lendemain, à table, encore bouleversée de la vision de Bulat, elle ne put se défendre d’en parler à son père. Le vieux gentilhomme qui, malgré son grand âge, avait conservé bon appétit, tout en ne perdant pas une bouchée, railla doucement la fillette, se moqua de ses évocations de la Chandeleur et lui rappela qu’elle était fiancée de longue date à son beau cousin Després-Gentils qui, pardieu ! lui, était loin d’avoir la tête chenue et le grain de tabac d’Espagne sur le jabot.

Mais voilà que tout à coup des voix d’hommes dans le vestibule se font entendre et que soudain la porte s’ouvrant avec fracas laisse voir sur le seuil de la salle à manger cinq hommes habillés de longues houppelandes grises, portant les cheveux très longs, noués sur la nuque par un large ruban et sur le visage un loup de velours noir.

– Citoyen Marc Tréludon, scande la voix jeune, fraîche et bien timbrée de celui qui parait être le chef, nous venons perquisitionner chez toi. Tu caches depuis hier soir dans ta chambre ou ton grenier le vieux curé de Saint-Mikel... Mes hommes que voilà ont vu ta fille cette nuit errer près du presbytère, autour de Bulat et regagner avec lui, déguisé sous des habits de femme, « La Haie ». Inutile donc de chercher à feindre ou de résister. Allons, fais-nous vite les honneurs de ton pigeonnier.

– Citoyen, répondit en se levant le marquis de Trévezel, je te donne ma parole qu’il n’existe pas l’ombre d’une soutane chez moi. La personne qui accompagnait hier soir ma fille à Bulat n’est autre que sa vieille nourrice, Marianne : toutes deux revenaient de la fontaine évoquer les visions superstitieuses et naïves de la Chandeleur. Maintenant, perquisitionnez, si bon vous semble

Et gracieusement se tournant vers celui qui avait parlé : « Te plairait-il, citoyen, de partager notre dîner ? » Les hommes firent en conscience leur visite domiciliaire au manoir de « La Haie » et en furent pour leurs frais.

                           

 Toujours masqué, Marc Tréludon ne put, ni pendant le repas, ni au salon, distinguer un seul instant le visage de son hôte improvisé. Seules des inflexions de voix déjà surprises, entendues ailleurs, ayant sûrement autrefois frappé son oreille, lui disaient qu’il n’était pas en présence d’un inconnu. Maïs où ? quand ? Il ne se le rappelait plus et il restait rêveur en face des attitudes, des façons de langage, des gestes qui révélaient en son convive, à certains moments, l’homme de son monde à lui... Et lorsqu’il en prit congé, la nuit venue, il lui sembla que les yeux bleus du masque s’arrêtant sur Marie Ermel venaient tout à coup de se voiler sous des larmes vite refoulées et que la voix tremblait dans un remerciement chaleureux et sincère.

Pourquoi s’était-il attendri cet homme qui gardait le masque à table, qui aurait voulu persécuter un vieux prêtre ? Marie Ermel, elle, passa une nuit agitée à se ressouvenir de la façon respectueuse et qui, un tantinet, fleurait l’amour avec laquelle il l’avait tout de suite rassurée au premier instant de frayeur... puis ces regards qui s’étaient fait si doux, presque caressants au moment des adieux... Mais quand vint le matin, le père et la fille trouvèrent le nom du chef des perquisitionneurs : un bout de vélin, tombé sans doute par mégarde, dans le salon près de la table à thé, portait au-dessous d’une couronne de comte ces deux mots : « Paul Després-Gentils ». Alors le vieux marquis de Trévezel, indigné, sentit des larmes de honte monter à ses yeux pour celui qui allait devenir son fils ; le maudit, le renia et mourut de saisissement et de douleur quelques jours après.


Fontaine de Bulat

Des années et des années s’écoulèrent. Marie Ermel, devenue vieille fille, vit seule à « La Haie » avec sa vieille bonne, Marianne, maintenant octogénaire. Elle a refusé toute alliance et n’a pas voulu recommencer le rêve bleu de ses jeunes années, remplacer l’image qui a empli tout son cœur autrefois...

Or, ce soir, c’est encore la Chandeleur et plus nombreux les souvenirs reviennent à l’esprit de Marie Ermel... Comme il y a vingt-cinq ans, les bois n’ont plus leur parure et parmi les grands arbres plus de chant d’oiseaux. L’hiver a rongé les herbes, aplati les fougères, les gelées, les bourrasques et les pluies ont arraché les feuilles des grands chênes ; seuls les rameaux des haies cèdent sous l’effort de la sève qui monte. La cloche vient de sonner le dîner. Mlle de Trévezel va se mettre à table quand soudain, comme il y a vingt-cinq ans encore, la porte de la grande salle s’ouvre avec fracas et, sous la clarté opaline des hautes lampes, apparaît sur le seuil un homme aux cheveux grisonnants, en habits à la française, aux joues brunies sous une belle barbe blanche, qui lui sourit : telle l’apparition dans le miroir de la source de Bulat.

                           

« Je viens, comme autrefois à pareil soir, réquisitionner votre souper, ma belle cousine, fait le nouveau venu en s’inclinant pour un baise-main, mais cette fois, en honnête homme, en gentilhomme. » Est-ce sa solitude prolongée qui prédispose à l’indulgence la vieille fille ou bien les brèves minutes de tendresse entrevues dans ses rêves de fillette et si vite envolées qui sommeillent encore dans un coin de son âme ? Sa tête tourne, mais c’est un vertige très doux, un éblouissement délicieux. Et c’est avec un souhait de bienvenue qu’elle accueille son vieux parent, son fiancé d’autrefois.

Un second couvert est vite apporté. Assis en face d’elle, le comte Després-Gentils fait honneur au repas de son hôtesse. Il se montre bon convive, brillant causeur et raconte avec beaucoup d’esprit comment il avait été obligé, pour sauver le marquis de Trévezel et sa fille dont la retraite avait été découverte et signalée au comité révolutionnaire de Morlaix, de se mettre, en donnant le change sur son origine, à la tête de soldats insurgés la nuit fatale de la Chandeleur, puis ses aventures d’émigré.

Ils se séparèrent très avant dans la nuit, mais tous deux avant de quitter le bon feu de bois qui chantait joyeusement dans la haute cheminée de « La Haie », comme pour fêter le retour de l’un, accompagner la joie de l’autre, ils décidèrent de s’épouser après Pâques. La fée Mica n’avait point trompée Marie Ermel et la vision de la Chandeleur se réalisait : Mlle de Trévezel épousait le vieux gentilhomme dont l’image lui avait souri vingt-cinq années auparavant dans la fontaine de Bulat.

 


Commentaires

 

1. gegedu28  le 26-03-2013 à 15:18:43

Bonjour Holly,
Intéressante ton histoire du marquis et de Mlle de Trévézel, ta légende je veux dire.
Je peux te dire qu'elle a attiré mon attention, car je suis du pays du Roch Trévézel, dans les Monts d'Arrée (Finistère), j'y suis né là-bas à Plounéour-Ménez (i.e Plounéour de la Montagne).
Quant au curé de Saint-Mikel, il me fait penser à la petite chapelle Sant-Mikel située sur le Mont Saint-Michel de Brasparts, un endroit magique !
Une petite photo du lieu :

Bonne fin de journée.
Amicalement, Gérard

édité le 26-03-2013 à 16:19:54

2. douceurdevivre  le 26-03-2013 à 18:59:02  (site)

bonsoir Holly ! très intéressante ta légende , merci de la partager !
je te souhaite une bonne soirée et une agréale nuit avec pleins de doux rêves
gros bisous

3. lafianceedusoleil  le 27-03-2013 à 22:08:55  (site)

kikou ma petite Holly,
c'est une histoire très belle, j'ai adorée.
Crois-tu qu'elle est vraie ?
Les histoires de fée, cela peut exister.
Merci Holly pour cette belle histoire.
Je te souhaite une douce nuit.
Grosse bise affectueuse
Cricri

smiley_id2385148smiley_id2007637

4. douceurdevivre  le 28-03-2013 à 08:28:41  (site)

coucou Holly ! je suis de passage sur ton joli blog pour te souhaiter un bon jeudi
chez moi ce sera encore sous la pluie et toujours dans le froid
gros bisous mon amie

5. biquette  le 28-03-2013 à 16:32:09  (site)

Bonjour petite holly , sympa ton article , je passe te souhaiter une belle soirée a+++Bisou BiquImage and video hosting by TinyPicette

6. lafianceedusoleil  le 28-03-2013 à 22:10:09  (site)

bonsoir ma douce Holly,
c'est toujours l'hiver sur la capitale. Je me demande jusqu'à quand cela va durer.
Tu vas bientôt avoir un grand week-end.
Je te souhaite une douce nuit.
je t'embrasse

hebergeur d'image

 
 
 
posté le 21-03-2013 à 15:40:44

en travaux !

 

Petit billet pour vous dire que tout va bien

hier mercredi repos ha ça fait du bien de pouvoir rien faire enfin presque car j'ai du aller faire des courses puis faire le ménage de ma maison et des lessives le train train habituelle .

Hier c'était le printemps je croit houai ba ou sont les belles temperature ? je pense qu'elle viendront plus tard car la il fait pas vraiment chaud encore.

Et il faut que je vous disent en ce moment nous faisont des travaux dans la maison nous amenageons notre cheminée

voici un petit aperçu

 en haut nous metteront notre tele et en bas c'est la cheminée nous allons gagner beaucoup de place mais surtout ca va tout changer notre dispositions de notre salon et je vais en profiter pour aussi changer tout les meubles du salon je veux plus les voir car il vont pas du tout aller avec le style que je veux faire donc je vais les vendres et avec l'argent que j'aurait gagner je vais pouvoir m'en racheter d'autre pas mal comme idée ?

donc en se moment mon salon me ressemble plus vraiment a un salon car on a du pousser tout les meubles et canapé pour avoir de la place mais ce n'est que temporaire je sais bien et quand tout sera fini le resultat sera super une autre photo qui vous montre la progression

  Il a fallut tout poncer je vous dit pas la poussiere j'avais beau tout proteger cette saleter a reussi a passer comme même bon maitenant ce n'est plus qu'un mauvais souvenir car la nous avons fin de poncer la nous sommes en train de mettre une sous couche de peinture pour après peintre en blanc pour l'instant.

car pour la couleur on sais pas trop quoi mettre.

voilà les nouvelles je vais vous souhaiter à tous de passer une agréable fin de journée je vous embrasse tous et vous dit à très bientôt gros bisous à tous.

 


Commentaires

 

1. jakin  le 22-03-2013 à 10:47:14  (site)

Bonjour,
La Télé sur la cheminée ? Déjà que la télé nous enfume régulièrement, avec la cheminée en plus, cela va devenir insupportable !
Bonne fin de soirée....
Jakin, smiley_id210602

2. MonnaiesAnciennes  le 22-03-2013 à 13:00:31  (site)

Bravo pour la photo du jour, bonne après midi
amicalement
gege66

3. lafianceedusoleil  le 22-03-2013 à 19:55:39  (site)

bonsoir ma douce Holly,
toutes mes félicitations pour la photo du jour. smiley_id117184
Bon courage pour les travaux ma jolie.
Je te souhaite un bon week-end.
Je t'embrasse

hebergeur d'image

4. douceurdevivre  le 23-03-2013 à 09:31:29  (site)

bonjour Holly, merci pour tes gentils coms, tu vois je suis enfin de retour ; je vais beaucoup mieux, le moral est présent , avec plein de soleil dans la tête et dans le coeur ; je suis contente de retrouver toute la petite communauté car vous m'avez toutes manqué gros bisous et bonne journée mon amie

5. biquette  le 23-03-2013 à 12:43:52  (site)

Bonjour ma petite Holly , je vois que c'est un beau chantier chez toi et aprés ce sera super beau , vous avez raison de protéger les choses car la casse des fois cause des frais supplementaires , bon courage et biImage and video hosting by TinyPicsous a++Biquette

6. lafianceedusoleil  le 23-03-2013 à 22:41:53  (site)

kikou ma jolie Holly,
j'espère que les travaux avancent.
Bon courage.
Je te souhaite une belle nuit de sommeil.
Bon dimanche.
Je t'embrasse

hebergeur d'image

 
 
 
posté le 15-03-2013 à 12:52:23

la princesse neiglefleur

Bonjour à tous !

merci pour tout vos adorable com et oui vous avez vue je me laisse pas faire enfin plus faire j'ai passer une bonne semaine bon pour faire ce que j'ai a faire j'ai pas vraiment beaucoup de temps on attrappe vite chaud car je fait que courir d'un endroit à l'autre et le soir je suis fatiguer mais c'est de la bonne fatigue et je suis ravie de faire ce que je fait voilà les nouvelles je vais vous souhaiter à tous de passer un bon et agréable week-end et vous dit à lundi gros bisous à tous et voici un conte pour vous.bisous  

 

 


La Princesse Neigefleur par Jean Lorrain

Quand la reine Imogine sut que la princesse Neigefleur n'était pas morte, que le lacet de soie qu'elle lui avait serré elle-même autour du cou ne l'avait qu'à demi étranglée et que les gnômes de la forêt avaient recueilli ce doux corps léthargique dans un cercueil de verre, pis, qu'ils le gardaient invisible dans une grotte magique, elle entra dans une grande colère : elle se dressa toute droite dans la stalle de cèdre où elle songeait, assise dans la plus haute chambre de sa tour, déchira dans toute sa longueur sa lourde dalmatique de brocart jaune enrichie de lys et de feuillages de perles, brisa contre terre le miroir d'acier qui venait de lui apprendre l'odieuse nouvelle et, saisissant de male rage par la patte de derrière le crapaud enchanté qui lui servait pour ses maléfices, elle le lança à toute volée dans la flamme de l'âtre où il fit frisst, grisst et prisst et s'évapora comme feuille sèche.

Cela fait, un peu calmée, elle ouvrit les vantaux de la haute fenêtre, dont les mailles de plomb enserraient des nains sonnant du cor, et se pencha sur la campagne. Elle était toute blanche de neige et, dans l'air froid de la nuit, de lents flocons éparpillés, comme de l'ouate, tendaient tout l'horizon d'une étrange hermine dont les mouchetures inversées auraient été blanches sur fond noir. Une grande rougeur incendiait la neige au pied de la tour, et la reine savait que c'était le feu des cuisines, des cuisines royales où les marmitons préparaient le festin du soir, car cela se passait le dimanche même de l'Epiphanie et il y avait grande fête au château ; et cette malfaisante reine Imogine ne put s'empêcher de sourire dans la noirceur de son âme, car elle savait qu'à ce moment même rôtissait pour la bouche du roi un paon merveilleux, dont elle avait traîtreusement remplacé le foie par un salmigondis d'oeufs de lézards et de jusquiame, pharmaque horrible qui devait achever d'égarer les esprits du vieux monarque et bannir à tout jamais de cette chancelante mémoire le doux souvenir de la princesse Neigefleur.

Cette frêle et doucereuse petite masque de Neigefleur, pourquoi s'avisait-elle aussi, avec ses grands yeux bleu faïence et son insipide face de poupée, de la surpasser en beauté, elle, la merveilleuse Imogine des Iles d'Or ? Il avait fallu qu'elle vînt dans ce mauvais petit royaume d'Aquitaine pour s'entendre crier à tue-tête et toute heure du jour et par le vent des haies et par les roses des parterres et jusque par son miroir, un miroir véridique animé par les fées : "Ta beauté est divine et charme les oiseaux et les hommes, grande reine Imogine, mais la princesse Neigefleur est plus belle que toi !" La petite peste ! Alors elle n'avait plus eu ni trêve ni répit ; il n'y avait pas eu de vilenies dont elle n'eût, en vraie marâtre, accusé la petite princesse pour la perdre dans l'esprit du roi. Mais le vieil imbécile, aveuglé de tendresse, n'écoutait que d'une oreille, tout féru qu'il fût de passion sensuelle pour sa beauté de reine magicienne. Les poisons eux-mêmes n'avaient aucune prise sur ce frêle petit corps d'enfant : son innocence ou les fées la protégeaient. Elle se souvenait encore avec rage du jour où, n'y pouvant tenir, elle avait fait déshabiller par ses femmes l'épeurée petite princesse et fustiger ses frissonnantes épaules jusqu'au sang ; elle voulait voir enfin entamée et gâtée par les verges cette éblouissante nudité, et les verges, aux mains des mégères, s'étaient changées en plumes de paon qui n'avaient fait qu'effleurer et frôler la peau de la vierge frémissante.

C'est alors qu'exaspérée de dépit, elle avait résolu sa mort. Elle l'avait étranglée de ses mains royales et fait transporter durant la nuit à la lisière du parc, prête à accuser du meurtre quelque troupe de bohémiens. Bonheur inespéré ! elle n'avait même pas eu à servir cette belle invention au roi : les loups s'étaient chargés de l'affaire ; la princesse Neigefleur avait simplement disparu et l'orgueilleuse marâtre triomphait, quand voilà que son miroir magique interrogé la navrait. Elle s'en était vengée, il est vrai, en le brisant à l'instant même, mais elle était bien avancée, puisque sa rivale vivait endormie sous la garde tutélaire des nains !

Et très perplexe, elle allait prendre au fond d'une armoire une tête desséchée de pendu, qu'elle consultait dans les grandes occasions, et, l'ayant posée sur un grand livre ouvert au milieu d'un pupitre, elle allumait trois cierges de cire verte et s'abîmait dans des pensées sinistres.

Elle cheminait maintenant très loin, très loin, très loin du palais endormi, dans le grand silence de la forêt gelée, la forêt pareille à un immense madrépore ; elle avait jeté sur sa robe de soie blanche une limousine de laine brune, qui la faisait ressembler à quelque vieux sorcier, et, son fier profil en retrait sous la sombre capuche, elle se hâtait au pied des chênes énormes, dont les troncs blancs de neige apparaissaient eux-mêmes comme de grands pénitents. Il y en avait qui, avec leurs branches dressées haut dans l'ombre, semblaient la maudire de toute la force de longs bras décharnés ; d'autres, écrasés dans d'étranges attitudes, paraissaient agenouillés sur le bord de la route ; on eût dit sous des cagoules de givre des moines en prière et tous processionnaient bizarrement, les mains singulièrement jointes et raidies au-dessus de la neige où les pas amortis n'éveillaient aucun bruit : il faisait presque doux dans la forêt, le gel l'avait assoupie, et la reine, tout entière à son projet, précipitait sa course silencieuse, les pans de son manteau hermétiquement ramenés sur on ne sait quel objet, qui vaguement remuait et vagissait.

Un enfant de six mois, qu'elle avait dérobé en passant dans la chambre d'une femme de service et qu'elle emportait par cette calme et douce nuit d'hiver pour l'égorger à minuit sonnant, ainsi qu'il est prescrit, à un carrefour de routes... Les elfes ennemis des gnômes accourraient tous pour boire le sang tiède et elle les charmerait avec sa flûte de cristal, la flûte à trois trous des sûres incantations magiques. Une fois charmés, les elfes obéissants la conduiraient par le dédale de la forêt transie à la grotte des nains. L'entrée en était visible et béante, toute cette nuit bénie de l'Epiphanie, comme durant toute la nuit de Noël. Ces deux nuits-là, tout enchantement demeure suspendu par la toute-puissante grâce de Notre-Seigneur ; et toute caverne et cachette souterraine de gnômes, gardiens de trésors enfouis, s'ouvre accessible aux pas humains. Elle entrerait dans l'antre en dispersant avec son émeraude la troupe effarée des Kobbolds, s'approcherait du cercueil de verre, en forcerait la serrure, en briserait les parois au besoin et frapperait au coeur sa rivale endormie ; elle ne lui échapperait pas cette fois.

Et comme elle se hâtait, ruminant sa vengeance, sous les fins coraux blancs et les arborescences de la forêt givrée, des psaumes et des voix s'élevèrent tout à coup, une vibration de cristal courut à travers les branches engourdies, toute la forêt frémit comme une harpe, et la reine, immobilisée de stupeur, vit s'avancer un singulier cortège.

C'était, sous ce ciel nuageux d'hiver, dans l'étincelant décor d'une clairière de neige, des dromadaires et des chevaux racés et fins, et puis des palanquins de soie bariolée et brillante, des étendards surmontés de croissants, des boules d'or enfilées à de longs fers de lances, et des litières et des turbans. Des négrillons tout à fait diaboliques dans leur gandoura de soie verte piétinaient peureusement la neige, des anneaux allumés de pierreries tintaient à leurs chevilles et, sans l'émail éclatant de leur rire, on eût dit de petites statues de marbre noir. Ils se pressaient sur les pas de majestueux patriarches diadémés de molles étoffes rayées d'or ; la gravité de leur hautain profil se continuait dans la soyeuse écume de longues barbes blanches, et d'immenses burnous de soie, du blanc argenté de leurs barbes, s'ouvraient sur de lourdes robes d'un bleu de nuit ou d'un rose d'aurore, toutes fleuries de pierreries et d'arabesques d'or ; et les palanquins, où de vagues femmes voilées s'entrevoyaient comme dans un rêve, oscillaient au dos des dromadaires, et la lune, qui venait de se lever, miroitait au revers de soie des étendards. Des parfums pénétrants et musqués de cinname, de benjoin et de nard s'exhalaient en minces tourbillons bleuâtres ; des ciboires tout bossués d'émaux brillaient entre des doigts d'un noir d'ébène en guise de cassolettes, et, sous la lune montante, les psaumes éclataient, moins chantés que gazouillés en douce langue orientale, comme enroulés dans la gaze des voiles et la fumée des encensoirs.

La reine, arrêtée derrière un tronc d'arbre, avait reconnu les rois mages, le roi nègre Gaspar, le jeune cheik Melchior et le vieux Balthazar ; ils allaient, comme il y a deux mille ans, rendre à l'Enfant divin leur adorant hommage.

Ils étaient déjà passés.

Et la reine, livide sous son manteau de berger, songeait trop tard que, la nuit de l'Epiphanie, la présence des Mages en marche vers Bethléem rompt le pouvoir des maléfices, qu'aucun sortilège n'est possible dans l'air nocturne encore comme imprégné de la myrrhe des encensoirs.

Elle avait donc fait un voyage inutile. Inutiles devenaient les lieues dévorées par elle dans la forêt fantôme ; à recommencer sa périlleuse équipée par le froid et la neige. Elle voulut faire un pas et retourner en arrière, mais l'enfant, qu'elle tenait serré dans son manteau, pesait étrangement sur son bras ; il était devenu d'une lourdeur de plomb, il la figeait là immobilisée dans la neige, la neige étrangement amoncelée autour d'elle et où ses pieds raidis ne pouvaient avancer.

Un horrible charme la tenait prisonnière dans la forêt spectrale : c'était la mort certaine si elle ne pouvait en rompre le cercle. Mais qui viendrait à son secours ? Tous les mauvais esprits restent prudemment tapis dans leurs retraites durant cette lumineuse nuit d'Epiphanie ; seuls les bons esprits , amis des humbles et des souffrants, s'y risquent à rôder encore, et cette insidieuse reine Imogine eut l'idée d'appeler les gnômes à son aide, les bons petits seigneurs, tout de vert vêtus et chaperonnés de primevères, qui avaient recueilli Neigefleur ; et, les sachant enfantinement épris de musique, elle eut la force de tirer sa flûte de cristal de dessous son manteau et de la porter à ses lèvres.

Elle défaillait sous le poids de l'enfant devenu pareil à un bloc de glace ; ses pieds crispés dans la neige bleuissaient, devenaient noirs, et ses lèvres violettes trouvaient encore des sons mélancoliques et doux, d'une tristesse poignante et d'une volupté tendre, douloureux et captivants adieux d'une âme à l'agonie ; résignée, elle tentait encore dans une vague espérance un inutile appel.

Et, tandis que tout le mensonge de sa vie s'apitoyait sur ses lèvres, ses yeux fouillaient avidement le clair-obscur de la clairière, l'ombre des arbres, les sillons tortueux des racines et jusqu'aux souches laissées par les bûcherons : équivoques profils de végétaux où les gnômes d'abord se manifestent.

Tout à coup la reine tressaillit. De tous les points de clairière une multitude d'yeux brillants la fixaient : c'était comme un cercle d'étoiles jaunes refermé sur elle. Il y en avait entre chaque arbre, il y en avait dans les racines des chênes, il y en avait loin, il y en avait tout près, et chaque paire d'yeux fulgurait phosphorescente, à mi-hauteur d'homme, dans la nuit.

C'étaient les gnômes... enfin ! et la reine étouffait un cri de joie qui se figeait presque aussitôt d'épouvante : elle venait d'apercevoir deux oreilles pointues au-dessus de chaque paire d'yeux, au-dessous de chaque paire d'yeux un museau velu et un retroussement de babines à dents blanches.

Sa flûte magique n'avait appelé que les loups.

On retrouva le lendemain son corps dépecé par les bêtes : ainsi mourut par une claire nuit d'hiver la méchante reine Imogine.

 


Commentaires

 

1. lafianceedusoleil  le 15-03-2013 à 22:53:44  (site)

kikou ma jolie Holly,
le week-end est arrivé, bon week-end ma jolie et repose toi.
Je suis contente que ton travail te plaise même si tu cours partout. Tu t'entraines pour le marathon.
Je reviendrai demain lire le conte.
Je vais aller dodoter.
Douce nuit Holly, je t'embrasse

hebergeur d'image

2. lafianceedusoleil  le 16-03-2013 à 20:56:56  (site)

bonsoir ma douce Holly,
elle est vraiment belle ton histoire, la méchante sorcière a eu la fin qu'elle méritait.
Merci ma douce Holly, j'ai bien aimé.
Douce nuit ma jolie et bon dimanche.
Je t'embrasse très fort.
Cricri

hebergeur d'image

3. biquette  le 17-03-2013 à 09:33:57  (site)

Bonjour ma petite Holly , encore une bien belle histoire , j'appecie beaucoup , j'espére que tu vas bien , je te souhaite un beau dimanche , gros bisou a++BiquetteImage and video hosting by TinyPic

4. lafianceedusoleil  le 18-03-2013 à 21:34:21  (site)

kikou ma douce Holly,
une petite visite pour te souhaiter une douce nuit et un bon mardi.
J'espère que ta journée s'est bien passée.
Je t'embrasse très fort.

smiley_id239910

5. lafianceedusoleil  le 19-03-2013 à 21:39:58  (site)

bonsoir ma belle Holly,
demain, c'est le premier jour du printemps.
Je suis contente que ton travail te plaise. Tu ne vois pas le temps passer.
Souhaitons que le temps va s'améliorer dans les prochains jours.
Bonne nuit ma belle et bon mercredi.
Je t'embrasse

hebergeur d'image

6. anaflore  le 21-03-2013 à 06:29:22  (site)

Hey une fin terrible ...bonne semaine

 
 
 
posté le 11-03-2013 à 12:53:39

faut pas abuser !

Bonjour à tous !

j'ai passe un agréable week-end mais je vous le raconterait un peu plus tard car j'ai autre choses a vous dire.

voilà comme vous le savez je fait un remplacement pendant 1 mois et il etait convenue que je fassent pendant la 1er semaine enmemer les enfants à la cantine puis après aller nettoyer la salle ou les enfants on manger puis les autres semaine c'est faire le menage le soir dans les classes primaire.

donc voilà ce qui etait prevue car lors de ma 1er semaine j'apprend que c'est pas vraiment ce qui était prevue j'appelle la personne qui s'occupe des emploie du temps et du personnelle.

 et la elle me dit que je doit aller faire le menage de la salle ou les enfants on manger et ensuite retourner a l'ecole pour y faire le menage des classes.

 et moi j'ai dit mais c'est pas ça qui était prevue moi c'était juste pour la 1er semaine et après c'était une autre filles qui aller faire cela et moi je garder juste le soir.

Elle me repond que non ! c'était pas prevue comme cela que j'avait mal compris blablabla............

alors que ces hyper faux car il faut que me n'organise pour les filles qui va venir les chercher à l'école.

 car normalement c'est ma belle-mère qui va les cherchers mais la elle était absente toute la semaine donc j'ai du demander a une amie si cela me la deranger pas d'aller les chercher pendant la semaine donc je savait très bien que c'était juste pour 1 semaine car aprés ma belle prend le relait.

En plus j'ai du annuler le RDV chez l'ortophoniste de juju pour le remettre a la semaine suivante car je savait que je pouvait l'enmmener.

  alors sont excuse bidon elle la garde.

 mais j'ai sus la veriter elle avait demander a une autre fille de faire cela mais Madame n'a pas voulu NON les accompagner à la cantine oui mais après aller nettoyer ha ba non !

Elle sait dit c'est pas grave je vais demander à Holly elle dit oui a tout et bien NON j'ai dit NON ha ca lui a fait tout drole je veux bien être gentil mais il y a des limites gentil mais pas connes en plus elle ose me dire que c'est pas sur que je fissent le mois j'ai rien dit mais je me suis dit en moi même et bien OK trouve une autre personne et on vera  

resultat rien je continue et a mes conditions houai ! 

il on personne sous la main sauf moi.

 pour le reste elle a demander en desespoir de cause a une college avec qui me n'entend super bien et elle sa l'arrange bien car cela va lui faire des heures et elle sera payer un peu +

Je suis contente car j'ai pas ceder je sais pas si je vais le payer au prix fort mais je n'en fout et puis comme je l'ai écrit plus haut il on personne d'autre sous main que moi.

voilà je vous souhaite à tous de passer une agréable journée gros bisous à tous. 

 

 


Commentaires

 

1. biquette  le 12-03-2013 à 11:38:01  (site)

bonjour ma petite holly , tu as entiérement raison ,il faut etre juste et savoir ce que l'on veus sans faire de vacheries a personnes , et bien je suis heureuse de voir que tu ne te laisse pas faire , tu es trés mignonne de nature alors tout va s'arranger , je te fais un gros bisou a++Biquette Image and video hosting by TinyPic

2. douceurdevivre  le 12-03-2013 à 21:38:14  (site)

coucou ma tite Holly ! tu as raison il ne faut pas se laisser faire sinon on se fait bouffer ;
je te souhaite une bonne soirée et une douce et belle nuit peuplée de beaux rêves gros bisous ma jolie amie

3. lafianceedusoleil  le 12-03-2013 à 21:45:42  (site)

bonsoir ma douce Holly,
ça montre que tu as du caractère ma jolie. Tu as bien fait de ne pas accepter ces conditions surtout que ce n'était pas prévu.
Tu t'es organisée avec tes filles, etc...
Tu as su dire non, c'est très bien. Dans la vie, il ne faut pas toujours oui.
Je te félicite ma petite Holly.
Je te souhaite une douce nuit et un bon mercredi de repos.
Je t'embrasse très fort.
Cricri
smiley_id117198

4. biquette  le 13-03-2013 à 14:03:08  (site)

bonjour j'espére que tu te remet de tes émotions ( rire ) je passe te faire un bisou bonne fin de journée a ++Biquette ( gigi Image and video hosting by TinyPic

5. biquette  le 14-03-2013 à 09:14:23  (site)

Bonjour petite Holly , je passe voir la température sur ton blog ( je rigole ) et si tu vas bien ma grande , je te fais un gros bisou a+Image and video hosting by TinyPic+Biquette

6. lafianceedusoleil  le 14-03-2013 à 12:15:36  (site)

kikou ma douce Holly,
je viens prendre de tes nouvelles ma jolie. J'espère que cela se passe bien pour toi.
Bon courage.
Très bonne journée ma belle
je t'embrasse

hebergeur d'image

7. 472481  le 16-03-2013 à 10:08:46  (site)

Bonjour Holly,

n'étant pas présente j'ai raté c'est épisode de ta vie , tu a bien fait il ne faut pas toujours dire oui sous prétexte que nous sommes dans le besoin sinon les corvées sont pour nous les bonnes poires, je t'approuve à 100% .
Ne t'en fait pas il auront toujours besoin.
C'est avec un beau soleil que je te souhaite un agréable weekend.
Gros bisous affectueux Nanou

Hebergeur d'image

8. anaflore  le 21-03-2013 à 06:31:43  (site)

bon courage la vie n'est pas un long fleuve tranquille !!

9. PERLEDEROSE9  le 21-03-2013 à 15:22:12  (site)

Eh bien bravo Holly, tu ne t'ai pas laissée faire et tu as eue entierement raison. Ce genre de chose m'était arrivée quand je travaillais à l'hôpital j'était très jeune et l'on pensais pouvoir me manipuler Je suivais des cours d'aide soignante et en attendant une collègue m'a dit , va néttoyer le grand halle et ensuite tu iras faire manger t'elle personne. J'ai regardée le seau et elle, puis j'ai attrapée ce fameux seau et le lui est balancé. Et c'est qui ,qui a néttoyée ? et bien c'est elle car c'était son boulot Bisous

10. anaflore  le 22-03-2013 à 10:24:01  (site)

bravo pour la photo courage !!

 
 
 
posté le 05-03-2013 à 09:11:20

 

Bonjour à tous !

Et oui les filles on repris le chemin de l'école et moi aussi d'ailleur car pendant les vacances j'ai eu un coup de telephone pour faire un remplacement d'un mois à l'école vous penser donc que j'ai sauter sur l'occasion j'ai bien sur accepter de suite cette semaine sera assez charger point de vue horaire donc j'aurais pas vraiment le temps de passer sur vos blog je suis désoler.

Parcontre pour les autres semaines cela sera plus calme voilà je tenait a vous tenir au courant je vous embrasse tous et vous dit à très bientôt gros bisous à tous.

 


Commentaires

 

1. 472481  le 05-03-2013 à 16:59:01  (site)

Bonsoir Holly,

c'est super pour toi d'avoir trouvé du travail c'est toujours mieux que rien, si tu ne me voit pas c'est parce-que j'ai ma petite fille Zoé en vacances car pour elle elle ont commencé vendredi soir donc je ne suis pas vraiment disponible car nous faisons pas mal d'activitées.
Je te souhaite une bonne fin de journée et une agréable soirée.
Gros bisous affectueux Nanou

Upload images

2. biquette  le 06-03-2013 à 14:47:40  (site)

Bonjour ma gentille Holly , je vois que tu es débordée ,alors passe une belle soirée gentille amie ,Image and video hosting by TinyPic bisou , abientôt , Gigi

3. lafianceedusoleil  le 06-03-2013 à 22:10:24  (site)

kikou ma belle Holly,
je suis contente que tu aies trouvé un remplacement d'un mois, c'est encourageant.
Bonne chance ma jolie.
Je t'embrasse

hebergeur d'image

4. lafianceedusoleil  le 07-03-2013 à 22:32:00  (site)

kikou ma belle Holly,
j'espère que le remplacement se passe bien. Tu nous raconteras.
Bonne fin de semaine.
je t'embrasse

hebergeur d'image

5. douceurdevivre  le 08-03-2013 à 08:33:45  (site)

bonjour Holly merci pour ta venue sur mon blog et pour ton soutien ; j'aime beaucoup ton blog je te mets de suite dans mes favoris ; passe une bonne journée bisous

6. 472481  le 08-03-2013 à 11:05:28  (site)

Bonjour Holly,

je profite d'un petit moment de libre pour venir te souhaiter une bonne fête de la journée de la femme et une agréable fin de semaine.
J'ai toujours ma petite fille avec moi et nous sommes plus souvent dehors que dedans même si parfois il pleut.
Gros bisous douceur Nanou

Hebergeur d'image

7. fanfan76  le 08-03-2013 à 12:53:11

Bon courage pour ce travail, holly , une maman est déjà tellement occupée . Moi je suis une grand-maman et j'aime bien faire des gateaux pour mes petits enfants les grands , et leur papou .Nine

8. lafianceedusoleil  le 08-03-2013 à 21:00:31  (site)

kikou Holly,
je pense bien que tu sois très occupée depuis que tu travailles, cela change les habitudes.
Bon week-end ma jolie
je t'embrasse

hebergeur d'image

9. biquette  le 09-03-2013 à 14:20:42  (site)

Bonjour gentille Holly , je passe te faire un coucou espérant que tout va bien pour toi , passe une belle journée , gros bisou a bientôt , Image and video hosting by TinyPic

10. biquette  le 10-03-2013 à 17:12:46  (site)

Bonsoir gentille Holly ,je passe te faire un coucou avant de laisser mon blog de coté , passe une belle soirée , bise abientôt peut Image and video hosting by TinyPic , Gigi

11. biquette  le 11-03-2013 à 09:18:10  (site)

Bonjour ma petite Holly , merci et oui j'ai un blog ou je met des vidéos ,et ici, mais je suis honnéte envers vous toutes , de toute façon on ne peut pas plaire a tout le monde , c'est la vie .. et tu sais a mon âge j'en ai vu d'autres alors je vais laisser couler , je vous aime beaucoup et j'aime venir vous faire un coucou , gros bisous ma chére amie et merci de ton soutien , a bientôt ,Gigi Image and video hosting by TinyPic

12. lafianceedusoleil  le 18-03-2013 à 21:31:24  (site)

kikou ma douce Holly,
une petite visite pour te souhaiter une douce nuit et un bon mardi.
J'espère que ta journée s'est bien passée.
Gros bisou

smiley_id239910

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Hebergeur d'image
Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article